A écouter
 
Sites à voir
 
Vidéos
La caisse claire est originaire des pipe-bands écossais ; cependant, il existait une forme d’ensemble breton composé d’une bombarde, d’un binioù-kozh et d’un tambour, forme qui a presque disparu aujourd’hui (bien qu’on la retrouve parfois dans certains concours, notamment). La caisse claire avec la grosse caisse et les toms, compose le pupitre de percussion des bagadoù. Elle possède un timbre tendu en contact direct avec la peau supérieure contrairement aux caisses claires d'orchestre.
Aujourd’hui, le tambour s’est beaucoup amélioré ; la peau est en plastique, le fut est en bois, et deux timbres métalliques sont joints .
La harpe celtique cordée de boyaux ou de métal connait un renouveau spectaculaire notamment en Bretagne depuis les années 1950, grâce à Alan STIVELL, puis à des harpistes passionnés et, depuis 1984, aux rencontres internationales de harpe celtique de Dinan (rendez-vous annuel en juillet des luthiers, interprètes, professeurs, éditeurs et compositeurs venant des quatre coins du monde).
Sa colonne cintrée la rend reconnaissable entre toutes les harpes. Elle possède généralement 32 à 38 cordes. De nos jours, les cordes sont le plus souvent en nylon, mais on trouve aussi des instruments montés avec cordes de bronze, en acier, en fibre de carbone ou en boyau (de mouton).
La boueze est un accordeon diatonique. Son introduction en Bretagne est récente (milieu du 19e siècle), On le retrouve principalement en pays gallo. Les joueurs de Bouèze assurent l’animation des mariages et autres fêtes des familles plus modestes, leurs prestations étant souvent moins onéreuses que celles du couple biniou-bombarde.
L’accordéon fonctionne sur le principe de l’anche libre métallique. Il se compose d’un soufflet à main placé entre deux claviers. Le soufflet permet un contrôle permanent de la pression d’air qui utilise au maximum les qualités expressives de l’anche.
Le biniou-braz est l'appellation bretonne de la cornemuse écossaise. La cornemuse écossaise a fait son apparition il y a près de 1000 ans, en Écosse bien entendu.
Le biniou-braz se compose d’un chanter, d’un bourdon basse, de deux bourdons ténors, d’un sutell, de 5 souches et d’une poche ou sac. Un jeu de cordons relie les bourdons entre eux et une housse recouvre la poche. Les meilleures cornemuses sont faites d’ébène, montées et ornées de garnitures de plastique, d’ivoire, d’argent  ou même d’or. La poche est généralement en peau de mouton ou de vachette, de nouveaux matériaux synthétiques existent également tels la poche en goretex
Le biniou-kozh est l'instrument le plus représentatif de la musique bretonne.
Le terme biniou kozh (vieux biniou en breton) est apparu au début du XXe siècle avec l'arrivée en Bretagne de la cornemuse écossaise que l'on a dénommée biniou braz (grand biniou) pour les différencier. Parfois, le biniou kozh est aussi appelé biniou bihan (petit biniou).
Le binioù-kozh est composé d’une poche en peau de vache ou de mouton, d’un sutell pour envoyer l’air dans la poche, d’un bourdon donnant en continu la note correspondant à la tonalité de l’instrument, et du lévriad, grâce auquel le sonneur peut jouer la mélodie.
La bombarde n'est utilisée qu'en Bretagne et n'est quasiment jamais employée seule car elle demande un effort physique nécessitant des temps de repos, elle est donc pratiquement toujours accompagnée par d'autres instruments notamment le biniou. La bombarde est très répandue dans les bagadoù, dans le jeu en couple et surtout dans un grand nombre de groupes de festoù-noz.
La bombarde était autrefois taillée en buis ou dans un bois fruitier ; on en trouve encore un nombre relativement important, mais les bombardes utilisées dans les bagadoù sont maintenant (presque) toutes en ébène.
Chercher