Mère Teresa : une vie au service des démunis

763
Partager :

Sœur catholique du 20ème siècle, Mère Teresa est une figure emblématique chez les chrétiens catholiques. Elle a dédié sa vie à servir les démunis et les mourants à travers sa congrégation dénommée les Missionnaires de la Charité. Cet article vous amène à la découverte de cette femme qui a marqué son temps par ses actes de compassion en faveur des personnes les plus miséreuses.

Son enfance et son appel à la vie religieuse

Le vrai nom de celle qui est connue sous le nom de la Mère Teresa est Agnès Gonxha Bojaxhiu. Elle est venue au monde dans la ville de Skopje le 27 août 1910. Elle s’est rapidement retrouvée orpheline dès l’âge de neuf ans après le décès de son père. Sa mère va donc prendre la charge de pourvoir aux besoins de la famille en ouvrant un atelier de couture, tout en s’assurant de donner une éducation religieuse aux enfants.

A voir aussi : Cathleen Oveson : biographie de l’actrice

Agnès rejoint la congrégation des sœurs de Lorette très tôt, dès qu’elle ressentit l’appel à la vie religieuse vers l’âge de 18 ans. Elle partit ensuite pour l’Inde en 1928, après un séjour dans la congrégation qui lui a permis d’apprendre les règles de la vie en communauté, de même que l’anglais. La pauvreté immense de ce pays la marqua profondément. Elle fit ses vœux le 24 mai 1931, et elle changea de nom pour désormais s’appeler Teresa. Sur https://www.lejourduseigneur.com/grandes-figures/mereteresa, des détails intéressants sont précisés sur la vie de Mère Teresa.

Sa vocation au service des pauvres et des démunis

Teresa fut déployée comme enseignante à Entally. Elle dispensait des cours d’Histoire et Géographie. Ses élèves étaient des jeunes filles venant de familles assez aisées, mais elle ne peut rester insensible à la misère environnante dans le pays. Le 10 septembre 1946, elle sentit un nouvel appel, une vocation à voler au secours des pauvres. Elle introduisit donc une demande auprès de l’archevêque de Calcutta, mais elle essuya un refus. Le Pape Pie XII finit par lui donner son accord le 16 août 1948. C’est ainsi qu’elle put fondera par la suite son mouvement, la congrégation des missionnaires de la Charité.

A lire également : Quels événements et festivals à ne pas manquer en Bretagne cet automne ?

Elle ouvrit un foyer pour accueillir les mourants. Il s’agit du Nirmal Hriday, ou la Maison du cœur pur. Ce foyer put apporter soutien et réconfort à près de 60 000 personnes, et même guérison à près de la moitié de ce nombre. Elle fonda également une maison de l’enfant abandonné dénommée Nirmala Shishu Bhavan, avec un centre d’adoption en son sein. Mère Teresa mena aussi un combat auprès des lépreux pour les accompagner, leur offrant plus de dignité.

La congrégation des missionnaires de la charité va s’étendre sur le plan international. On verra la naissance des Frères missionnaires de la Charité et une expansion du mouvement au-delà de l’Inde, vers l’occident. Mère Teresa reçut plusieurs prix ou distinctions dont le prix Nobel de la Paix en 1979.

Décédée le 9 septembre 1997, elle fut béatifiée en 2003, et canonisée en 2016. Le monde se souviendra ainsi de cette dame, au cœur d’or, toujours vêtue de son sari blanc et bleu, qui a cru profondément que l’amour et la compassion peuvent apporter une lueur d’espoir dans les vies des personnes les plus miséreuses.

Partager :